Méditations d’un franc-maçon solitaire (Pierre Audureau)

Lumineux. Le qualificatif s’impose immédiatement. D’emblée, Pierre Audureau, en grand frère, tutoie le lecteur. Sa méthode est celle des « planches » (travaux de Loge), l’auteur, d’une grande culture, y compris scientifique, prépare d’abord le terrain que devra défricher le futur initié.

D’où ses méditations profondes sur les sociétés initiatiques qui ont précédé notre Ordre, ainsi que celles si fécondes sur le voyage, et le silence. Se déprendre de son ego pour se connaître soi-même et rencontrer l’Autre permet cette recherche de la sagesse qui est notre but.

Puis, il explique la fonction des symboles. Qu’ils soient maçonniques ou non, ils sont toujours les « paroles du monde ». Compris de cette façon, ils engagent la dynamique d’une pensée sûre. Cette rationalité n’exclut jamais l’émotion. Celle-ci surgit quand l’auteur rappelle son père, ouvrier, « les gens bien » disait-il, « sont d’équerre ».

L’écriture est limpide, le pédantisme exclu, le savoir encyclopédique. Impertinent quand il le faut, P. Audureau rappelle que la tentation de prendre le clinquant de certains « métaux » pour de l’or n’épargne personne, y compris les initiés… La démarche maçonnique, explique-t-il, peut embellir une vie au-delà des chocs, ruptures, voire tragédies traversés.

Mots croisés du Franc-Maçon. Culture générale (Michael Rapp)

La maçonnerie comporte tant de codes, de mots, de références, de rites, de symboles qui de plus, peuvent varier selon les rites, pays, obédiences ou loges… que Michael Rapp, en chercheur infatigable, a eu l’idée de composer des grilles de mots fléchés exclusivement dédiées à cet ensemble.

L’idée reste bien sûr d’approfondir ses connaissances, mais d’une manière ludique, qui diffère des traditionnels manuels maçonniques, des traités et des planches… Initiés ou non initiés, saurez-vous remplir ces grilles ?

Le Chevalier Rose-Croix. Les tableaux des Apartements (Percy John Harvey)

Les Tableaux de Loge des Hauts Grades figurent rarement dans le Temple maçonnique, au cours des travaux d’un Atelier.

Ainsi, les tableaux des divers grades sont assez mal connus, tant dans leur organisation symbolique que dans leurs significations. Il en est de même pour les tableaux des Appartements du Chevalier Rose-Croix qui sont pourtant d’une grande richesse symbolique et iconographique, ces tableaux étant destinés à expliciter visuellement le rituel du grade.

Dans cet ouvrage, nous étudions les tableaux des deux Appartements modernes, à partir des représentations des XVIIIe et XIXe  siècles, afin de retrouver les significations originelles des éléments symboliques qui les composent.

Franc-maçonnerie et nombres (Marie Delclos)

L’homme comptait avant d’entrer dans l’Histoire. Ces nombres devinrent des images, d’abord associées aux animaux, puis, plus tard, aux dieux et enfin aux hommes eux-mêmes. Lorsque l’écriture fit son apparition, on lia étroitement les noms aux nombres, par les syllabes, puis par les lettres additionnées. La signification des nombres faisait partie des secrets de l’initiation qui s’enseignaient dans les temples.

Les valeurs utilisées pour la construction du Temple de Salomon ne sont pas anodines. Sa longueur est de 60 coudées (le nombre du ciel), sa largeur est de 20 coudées (le nombre du soleil), et sa hauteur est de 30 coudées (le nombre de la lune), pour un volume total de 36 000 coudées cubes (le nombre 36 symbolisant la totalité de l’univers).

Au sein de l’ordre mathématique créé par le Grand Architecte de l’Univers, la Franc-maçonnerie, gardienne des traditions, s’intéresse aux nombres. La structure des rites organisés témoigne de leur importance. Ainsi, sur la base des trois degrés (apprenti, compagnon, maître), le Rite de Perfection ajoute 22 degrés (référence aux 22 lettres de l’alphabet hébraïque).

Les 8 supplémentaires incorporés par le REAA portent le tout à 33 degrés (le nombre 33, allusion au cycle solaire, apporte une dimension cosmique à la composition). Au cours de son initiation et pour chaque degré, des nombres sont indiqués au maçon, par les batteries, par son âge symbolique, par ses pas, ou encore par les mots qui lui seront donnés et les symboles présents dans la loge.

Dans cet ouvrage, l’auteur offre aux intéressés une étude exhaustive du symbolisme des nombres relatifs aux différents degrés de la Franc-maçonnerie, en s’appuyant sur la cosmogonie, la géométrie, l’astronomie, l’alchimie et la kabbale.

Les débuts de la franc-maçonnerie en Bretagne (François Labbé)

La Bretagne ne fait pas exception. Comme dans les autres provinces, la franc-maçonnerie y connaît un grand succès dès les années 1740 et la bonne société en particulier tient à prendre place sur les colonnes des loges. Malgré quelques timides essais pour donner à la fraternité une spécificité “nationale”, la franc-maçonnerie bretonne sera peu différente de ce qu’elle est ailleurs.

Dans ce livre, François Labbé cherche à montrer ce qu’ont été les premiers temps de l’Ordre des francs-maçons en Bretagne: l’implantation, l’essaimage, les attentes, les luttes d’influence. Il évoque aussi les sociétés paramaçonniques qui en sont plus ou moins directement issues.

Progression initiatique à travers les 33 degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté (R.-C. Huqlosa)

Cet ouvrage expose de façon synoptique mais exhaustive le Rite Écossais Ancien et Accepté en rassemblant des informations, souvent éparses. Il permet une consultation rapide des spécificités d’un degré donné. Il ne révèle rien qui ne doive l’être.

Cependant quelques considérations personnelles sont présentées ainsi que des planches hors texte réalisées spécialement à cette intention. Elles ont pour unique but de toujours susciter la réflexion sans jamais vouloir donner une vérité. Il n’est pas besoin d’expliquer à ceux qui savent. Il n’est pas besoin d’infléchir ceux qui cherchent.

Ce manuel contient : quelques thèmes de réflexion se rapportant au Rite Écossais Ancien et Accepté ; la présentation synoptique des trente-trois degrés ; de multiples photos et dessins originaux ; un ensemble de planches hors texte.

L’évocation de chaque degré rappelle :

  • le titre du grade ;
  • la légende du grade (légende qui n’apparaît qu’à partir du troisième degré) ;
  • les mots, âges et heures d’ouverture et de fermeture des travaux ;
  • les décors du grade ;
  • la disposition du Temple ;
  • l’éthique du grade ;
  • une série d’objets spécifiques approchés en tant que symboles et éléments de réflexion ;
  • quelques premiers sujets de méditation.

Ces informations soulignent l’extrême richesse du Rite Écossais Ancien et Accepté au niveau :

  • des symboles et des légendes ;
  • des thèmes de réflexion ;
  • de l’éthique des grades ;
  • des objets et des symboles ;
  • des sons frappés ou musicaux, des lumières, des couleurs, des nourritures, des parfums : tout ce qui interpelle les cinq sens.

Le Chemin Initiatique reste le Chemin de la Découverte et de la Liberté de Pensée et d’Action.

De la Régularité Maçonnique (direction Alain Bauer)

Le Grand Orient de France (GODF) est la plus ancienne obédience d’Europe continentale et, si l’on s’en tenait aux dates, d’Europe tout court…

Les rites en usage au GODF ont de belles lettres de noblesse : le Rite Français, plus ancien rite en activité, est parfaitement conforme aux usages maçonniques les plus anciens et le RER et le REAA sont partie intégrante de notre patrimoine depuis leur naissance.

La Maçonnerie du GODF est fidèle à une philosophie fraternelle, initiatique et humaniste qu’elle a su transmettre et enrichir tout au long de son histoire, selon les contextes et les nécessités. Ce qui en fait une école de l’homme œuvrant tant pour son enrichissement personnel que dans son existence sociale.

De ce fait, au vu de ses prises de position et du rayonnement de ses membres depuis deux siècles et demi, sa régularité historique, maçonnique, est aussi morale. Enfin, si la régularité devait procéder de la représentativité, rappelons que le GODF est l’obédience la plus importante d’Europe continentale. Cette régularité conjugue donc légitimité historique, respect d’une démarche philosophique et méthode de travail.

Nous devons faire de cette régularité maçonnique, qui est à la fois une fidélité et une attitude d’éveil, une continuité vivante.

(2e édition revue et corrigée)

Entre Caverne et Lumiere. Essai sur l’imaginaire en loge de francs-maçons (Georges Bertin)

Entre caverne et lumière…Georges Bertin nous plonge d’abord dans les profondeurs chtoniennes de la caverne, où tout prend fin et où tout commence, lieu tour à tour protecteur et destructeur (ou plutôt déconstructeur), véritable descente dans des enfers salvifiques.

Puis, il nous embarque sur un vaisseau, à la découverte des loges bleues, et filant cette métaphore colorée nous nous promenons de rite en rite comme d’autres voguent sur les flots. La seconde partie du livre nous entraîne progressivement par-delà les murs du temple maçonnique mais aussi par-delà les frontières disciplinaires que le monde académique se plaît à ériger, comme si le savoir pouvait être compartimenté.

De l’expérience mystique à la quête du sacré, de la quête du sacré à l’engagement dans le monde profane, parfaitement représenté par la figure chevaleresque dont il est un spécialiste reconnu, Georges Bertin balaie toutes les facettes du cheminement initiatique et les messages qu’il transmet sont intemporels et universels. Sans doute est-ce d’ailleurs parce qu’il est inactuel que son livre est aussi actuel.

Céline Bryon-Portet (Préface)

Postface de Michel Maffesoli

33 secrets sur la Franc-maçonnerie (Gérard Lopez)

Société secrète, secte ou gentlemen’s club où règne l’entre-soi ? La franc-maçonnerie, inépuisable marronnier médiatique, fascine et inquiète, sans que l’on ne nous dise jamais exactement ce qu’elle est. Ses secrets réels ou fantasmés alimentent les théories du complot, tandis que ses membres décrivent une organisation humaniste qui souhaite jouer un rôle éthique et social.

Cet ouvrage vous propose 33 clés pour entrouvrir les portes de la franc-maçonnerie, pour découvrir ses mystères, ses rituels et son histoire. Votre voisin est-il franc-maçon ? Écoutez-vous de la musique maçonnique à votre insu ? Avez-vous les qualités requises pour devenir maçon ? Toutes vos questions (ou presque) trouveront une réponse dans ce livre !

Loin des idées reçues, Gérard Lopez livre une vision contrastée de la franc-maçonnerie, qui rend compte de sa diversité. Il est l’auteur de plusieurs essais.

Colonne d’Harmonie (Hervé Mestron)

Au cours d’une tenue rituelle, la loge maçonnique devient une oreille immense, soudain habitée d’une singulière puissance. Tout rite est une musique et la musique elle-même devient, dans le Temple, le vecteur d’un accomplissement communautaire. Elle n’est plus une émanation du monde profane mais le miroir d’une colonne invisible reliant ciel et terre, l’expression vivante d’une langue sacrée exprimant la pensée du Grand Architecte de l’univers.

Retraçant brièvement l’histoire de la musique dans les loges maçonniques, l’auteur explicite ce que sont la colonne d’harmonie et la fonction de Maître d’harmonie avant d’examiner l’héritage, immense, du Frère Mozart, qui a retrouvé la dimension initiatique de la musique et donné à la musique maçonnique sa véritable place.

La Franc-Maçonnerie (Michel Meley)

Cet ouvrage clair et didactique s’adresse au grand public en recherche d’une connaissance de la Franc-maçonnerie en général et du Droit Humain en France en particulier, hors des idées reçues. Le lecteur y trouvera une histoire succincte de la Franc-maçonnerie, de quoi l’éclairer de manière simple, sans détour, et une présentation des Francs-maçons pour ce qu’ils sont dans leur immense majorité : des humanistes, œuvrant ensemble, au sein d’une « école » d’ouverture à l’autre, pour le progrès de l’Humanité.

Lexique des symboles maçonniques (Alain Bauer, Roger Dachez)

La Franc-maçonnerie offre à ses adeptes un univers de signes, de figures, d’objets ou de mots qui sont tous dotés d’un sens moral ou spirituel. rien, ou presque, n’est insignifiant dans une loge maçonnique, qu’il s’agisse de sa décoration, de son agencement ou de sa disposition.

Il en va de même pour les ornements dont se parent les francs-maçons ou les termes utilisés dans les rituels. Pour autant, la plupart de ces symboles ne sont pas spécifiques à la maçonnerie. Si certains proviennent du métier de maçon (le ciseau, le niveau), d’autres sont astronomiques (soleil, lune), alchimiques (sel, mercure), bibliques (Temple de Salomon), voire à caractère universel comme le triangle ou le cercle.

D’Abeille à Voûte, du nombre Quinze à la Houppe dentelée, ce lexique est une invitation à découvrir plus de 200 symboles en usage dans la franc-maçonnerie et à les replacer dans leur histoire.

Le R.E.A.A., ça sert à quoi ? (Jacques Trescases)

Le REAA, à quoi ça sert ? À rien d’utilitaire, en tous cas ; n’en espérez pas de meilleures opportunités d’affaires, ni des relations utiles à votre promotion sociale, ou autres passe-droits, n’en attendez donc rien, sinon, peut-être, de vivre plus heureux, en harmonie avec votre entourage et de comprendre que votre vie a un sens et une utilité, ce qui est déjà source de grand bonheur. Il peut paraître surprenant, dans une organisation philanthropique comme la Franc-maçonnerie, de présenter le bonheur comme objectif.

Le Livre de Bazalliell (Thomas Grison)

Bâtisseur de l’arche d’alliance (dans l’Exode), Bétsaléel, ou Bazalliell, nous est présenté, avant Hiram, comme la figure tutélaire de la franc-maçonnerie (Manuscrit Graham, 1726). Dans son cheminement intérieur, Thomas Grison s’est livré ici à une véritable quête poétique afin de restituer dans toute sa force et dans toute sa vigueur la parole de Bazalliell telle qu’elle a défié le temps pour s’imposer à nous .

La fin de l’ignorance, rappelle-toi que l’outil l’enseigne à l’ignorant, de sorte que celui qui ne savait rien apprend par lui à s’élever. Ainsi le chemin de l’outil est-il voie de sagesse pour qui cherche avec courage et persévérance. Partout où il va, vois comme la lumière entoure l’ouvrier qui bénit ses outils et chérit son métier !

Ami, ton équerre est comme une lampe dans la nuit ! Qu’elle soit le signe de la rectitude qui dirige les travaux, et de la réconciliation qui doit régner en ton temple ! Ainsi travaille toujours pour que soit à nouveau réuni ce qui auparavant était séparé, de sorte que tout ce qui va par deux ne soit plus qu’un désormais, la droite et la gauche, le dedans et le dehors, le haut et le bas, le soleil et la lune.

Petit recueil de sagesse à l’usage des francs-maçons, le Livre de Bazalliell s’adresse aux maçons et maçonnes de tous horizons et de toutes obédiences, ainsi qu’à tous ceux et celles qui, animés par l’amour et épris de fraternité, souhaiteront un jour, peut-être, se joindre au chantier.

Approche anthropologique des rites maçonniques (Daniel Comino)

Dans cet ouvrage, l’auteur réalise une approche anthropologique inédite des rites maçonniques pratiqués en France de nos jours. Précurseur en la matière, il ouvre ainsi une voie originale utile aux cherchants pour appréhender la diversité maçonnique.

Le lecteur franc-maçon pourra la compléter par sa propre expérience.

Le lecteur non maçon trouvera des points de repère essentiels pour mieux comprendre les ethnies maçonniques, leurs valeurs et leurs spécificités.

Après avoir été initié au Rite Français et avoir parcouru le cursus complet du Rite Écossais Ancien Accepté en 33 grades au GODF, Daniel Comino s’est interrogé sur les messages délivrés par les autres rites afin de mieux saisir l’éthique de ce que l’on nomme traditionnellement la franc-maçonnerie universelle.

Tout sur Jakin (Jean Solis)

On y trouve les fondamentaux et les incontournables sur Jakin : sa place dans les rituels, ses origines bibliques et hébraïques, sa cabale des lettres et des nombres ainsi qu’une foule de déductions sémantiques et symboliques éclairant ce mot et toute la symbolique de loge.

Moderne et pratique, ce manuel va droit au but et invite à une réflexion symbolique avancée qui va se prolonger dans tous les degrés de chaque rite.

Utile aux :

Tout sur Boaz (Jean Solis)

Se voulant un petit traité pédagogique et pratique pour la vie et l’instruction en loge, ce livre comme les autres de la série ne rentrera pas dans l’exploration historique de rituels révolus ou désuets, mais se concentrera sur un symbolisme directement applicable.

On y trouve les fondamentaux et les incontournables sur Boaz : sa place dans les rituels, ses origines bibliques et hébraïques, sa cabale des lettres et des nombres ainsi qu’une foule de déductions sémantiques et symboliques qui éclairent ce mot et toute la symbolique de loge.

Utile aux :

Les francs-maçons écrasés de l’abbé Larudan (Jean-Bernard Levy)

Les Francs-Maçons écrasés, attribué à l’abbé Larudan, est l’une des premières révélations (on parlait à l’époque de divulgations) ce livre écrit en français est consacré aux pratiques maçonniques. Avant cette parution, seuls quelques livres avaient été édités en anglais.

La première édition de cet ouvrage date de 1747. Elle a longtemps été considérée comme une suite de l’Ordre des Francs-Maçons Trahis et le Secret des Mopses révélé attribué à l’abbé Pérau paru en 1745.

Ce texte était encore il y a peu de temps introuvable. Il n’a jamais fait l’objet de réédition et encore moins de commentaires ou d’analyses. Il est difficile de savoir, encore aujourd’hui, s’il s’agit véritablement d’une révélation de rituels véritablement pratiqués ou si l’auteur qui se cache derrière le pseudonyme de l’abbé Larudan s’est livré à une mystification qui aurait, ensuite, influencé les maçons. Quoiqu’il en soit cet ouvrage est resté célèbre pour avoir servi de support à de nombreux auteurs anti maçonniques de la fin du XVIIIe et du XIXe siècle.

Jean-Bernard Lévy, après avoir rappelé les différentes divulgations françaises et anglaises du début du XVIIIe siècle, se penche sur l’énigmatique abbé Larudan, puis rappelle les différentes éditions de l’ouvrage. Ensuite il recense de façon quasi exhaustive ce qui a été dit précédemment sur l’auteur et l’ouvrage. Enfin il fait une analyse et un commentaire de ce long texte, 383 pages, ce qui est inhabituel pour les textes de l’époque, et des planches qui l’accompagnent.

Le Premier Surveillant (Gabriel Steinmetz)

Dans une loge initiatique, le Premier Surveillant est chargé par le Vénérable Maître de diriger la Chambre du Trait où les Compagnons travaillent sur la pierre cubique.

Que signifie le sceau porté par le Premier Surveillant, quelle est sa place dans la Loge, quel voyage initiatique trace-t-il, quel est son lien avec le pilier Force, comment dévoile-t-il le chemin de l’étoile, pourquoi exerce-t-il la maîtrise du nombre Cinq, quel est le contenu de l’art du Trait qu’il doit enseigner aux Compagnons ?

Genèse du Rite écossais ancien et accepté (Philippe Michel)

50 après une étude sur le Rit Français, Philippe Michel nous propose une étude au fil du temps sur la genèse des différentes versions du REAA au niveau des Loges symboliques.

Apparu dans sa forme primaire en 1760 avec la publication des Trois Coups Distincts, ce Rit est arrivé en France quelque 44 ans plus tard en 1804 et a été officiellement publié dans le Guide des Maçons Écossais quelques années après.

À partir des manuscrits et des rituels officiels du Grand Orient puis du Suprême Conseil de France et enfin de la Grande Loge de France, Philippe Michel analyse les variations des rituels jusqu’à nos jours.

L’auteur propose un rituel complet tel qu’il devait ou pouvait être pratiqué, reconstitué à partir des premiers manuscrits et publications.

La préface est de Pierre Noël, publiciste compétent du Guide des Maçons Écossais (Éditions À l’Orient, 2006) et la postface de Laurent Jaunaux, auteur du Rituel des Anciens ou édition 6004 du Guide des Maçons Écossais (Dervy, 2004) donc bien qualifiés pour présenter et conclure un ouvrage consacré aux rituels du REAA.