Le paradoxe d’un personnaliste laïque et franc-maçon (Marcel Bolle de Bal)

Personnaliste et franc-maçon : un paradoxe ? Oui, au sens existentiel de ce terme (une opinion contraire aux idées communément admises). Car pour certains de nos concitoyens engagés, il s’agit d’une incongruité : pour maints personnalistes, la Franc-maçonnerie est une association mystérieuse à la réputation sulfureuse ; pour beaucoup de franc-maçons, le Personnalisme est un mouvement initié au cours des années 1930 par E.M. (Emmanuel… Mounier !), opposé donc à leur idéal de pluralisme culturel.
Se greffant sur cette apparente contradiction, surgit un autre paradoxe : personnaliste et laïque… ce dernier terme étant entendu en son sens belge (philosophique ; libre penseur selon la sémantique française) ; comment conjuguer religion et libre pensée ? L’auteur, personnaliste, laïque et franc-maçon affirmé, se propose de nous faire découvrir les secrètes reliances, convergences entre la Franc-maçonnerie et le Personnalisme, entre les francs-maçons et les personnalistes entre ces deux mouvements philosophiques, à la fois dans leurs dimensions théoriques et pratiques, depuis et à partir de leurs apparentes déliances et divergences.
Pour ce faire, il nous invite à explorer à sa suite sept chantiers ; une trilogie conceptuelle (liance, déliance, reliance), la Personne (le Temple intérieur), le Personnalisme (une troisième voie), la communauté (le Temple initiatique), la société (le Temple extérieur), les valeurs (l’humanisme, et au-delà) ; la spiritualité (en quête de… ?).
Au terme de ce voyage au coeur de réalités intellectuelles plurielles, il nous suggère de méditer sur l’unité paradoxale des contraires, sur l’harmonisation possible des conceptions existentielles contradictoires, convergentes par leur quête du sens de la vie. Ce faisant, il s’inscrit très naturellement dans le cadre de cette collection « Esprit libre ».

De l’Alchimie à la Franc-Maçonnerie (Alain Queruel)

Ces deux entités demeurent apparemment toujours aussi mystérieuses pour le commun des mortels et suscitent donc à ce titre beaucoup d’intérêt. En outre, l’une et l’autre usent de termes et d’un vocabulaire assez voisins tout en renvoyant néanmoins à des significations différentes, ce qui ne peut qu’interpeller.
Mais surtout l’alchimie et la franc-maçonnerie sont indissociables des notions de progrès et de perfectionnement de l’humanité. La première a tenté, sous couvert d’un langage ésotérique volontairement difficile à décrypter pour des raisons politiques, de faire passer des idées nouvelles dans le monde occidental dès le Moyen-Âge tandis que la seconde apparut dans sa forme élaborée au Siècle des Lumières.

Toutes deux, pourtant, furent loin de connaître des cheminements tranquilles tout au long de leur histoire ; simplement tolérées à certaines époques ou interdites à d’autres, elles furent très surveillées et le plus souvent strictement encadrées par les différents pouvoirs en place.

Ayant donc des parcours relativement parallèles et des objectifs communs, il n’est donc pas surprenant de noter à leur propos des lignes de convergence et même peut-être un peu plus car parler, à leur endroit, d’un socle commun ne relève en rien de l’imaginaire mais s’appuie en revanche sur des documents et des faits historiques.

La dernière partie de l’ouvrage est d’ailleurs consacrée à des érudits pénétrés de philosophie hermétique perpétuant les travaux de leurs anciens en ayant publié des textes de haute tenue sur les liens entre l’alchimie et la franc-maçonnerie.

Le symbolisme de l’épée (Thomas Grison)

Confronté au symbole de l’épée, un objet aujourd’hui tombé en désuétude si l’on excepte sa présence dans quelques salles d’armes, le Maçon se trouve désarçonné. Pour comprendre la raison d’être de son utilisation dans certains rites, en particulier au Régime Écossais Rectifié, il lui faut en effet posséder quelques clés de lecture que généralement il ignore. Ce sont ces clés que Thomas Grison est allé quérir pour lui dans les sources anciennes, principalement bibliques et médiévales.

Au-delà d’une référence assez naturelle au combat chevaleresque, l’épée est porteuse de multiples sens. Elle est à la fois l’épée tranchante du Verbe divin, un axe reliant le ciel et la terre, ou le glaive tranchant entre le juste et l’injuste. Flamboyante, elle incarne la lumière créatrice jaillissante, indispensable pour créer un nouveau franc-maçon. Loin d’être désuet ou dépassé, le symbole de l’épée mérite assurément d’être redécouvert et approfondi. Tel est l’objet de ce livre.

Instruction maçonnique aux apprentis (Edmond Gloton)

Ce livre est une réédition du numéro 1 de la collection « Les Archives de la Franc-Maçonnerie ». Dans ce livre consacré aux Apprentis, l’auteur aborde de nombreux thèmes, comme le temple, le Cabinet de Réflexion, les voyages, le tableau de la Loge, le Grand Architecte de l’Univers, la méthode initiatique et les Devoirs de l’Apprenti.

Jazz et Franc-Maçonnerie, une histoire occultée (Yves Rodde-Migdal)

Le jazz, qui a fêté son centenaire officiel en 2017, a été inventé aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et a révolutionné le monde musical. Puisant dans ses racines africaines et son métissage avec la culture européenne, il reste toujours vivant et même si les grands médias ne lui accordent pas la place qu’il mérite, le nombre de ses adeptes ne faiblit pas.

Il est joué partout sur la planète, dans les clubs les plus petits ainsi que dans les grands festivals plus célèbres. Devenu patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011, il est célébré tous les 30 avril dans les grandes capitales du monde.

Pourtant, on ignore qu’une grande partie de ses créateurs, si ce n’est la majorité, ont été membres de la franc-maçonnerie américaine noire Prince-Hall.

À l’occasion du tricentenaire de la naissance de la franc-maçonnerie en Angleterre (1717), il est intéressant de rappeler le rôle que cette dernière a joué dans l’épanouissement de la culture africaine-américaine en général et du jazz en particulier.

C’est ce que le musicien et journaliste Yves Rodde-Migdal vous propose de découvrir dans cet ouvrage synthétique, qui évoque également les particularités de la franc-maçonnerie américaine Prince-Hall, construite sur une société marquée par des siècles d’esclavage et de ségrégation.

L’ouvrage est préfacé par Philippe Foussier Grand Maître du GOdF.

Symbolisme traditionnel et quête spirituelle de Rite Écossais Ancien et Accepté (Jean-Émile Bianchi))

Comme la plupart des grandes initiations authentiques, la quête spirituelle propre au Rite Écossais Ancien et Accepté recourt au symbolisme traditionnel, étranger à tout dogmatisme ; il est une porte ouverte sur la liberté totale de l’esprit et sur la solidarité cosmique. L’initiation que confère le Rite procède des grands principes spirituels éclairant l’homme sur la présence d’un lien puissant qui le rattache à l’ordre universel et à ses frères humains.

À travers l’ensemble des sources du REAA, ce livre ouvre un espace de réflexion qui permettra aux initiés, comme aux profanes d’apprécier les vertus d’une voie initiatique traditionnelle que l’auteur pratique depuis bientôt quarante années.

Cette nouvelle édition* qu’il a voulue remaniée paraît maintenant sous le titre Symbolisme Traditionnel et Quête Spirituelle de REAA. Il s’agit d’un ouvrage plus accessible encore que la première version. Rien n’est changé quant au fond qui demeure “ne varietur”. Nous souhaitons que ce livre sous son nouveau titre contribue encore à une meilleure connaissance du Rite.

* Ancienne version parue en 2010 sous le titre L’Éveil spirituel sur la voie des symboles aux Éditions Ivoire-Clair.

D’hommes et de pierres. Toulon (1872-1969) (Jean-Pierre Zimmer)

Ce livre est l’histoire du temple que la loge La Réunion fit construire à Toulon au XIXe siècle et qui abrita des Maçons pendant des années. Beaucoup de chercheurs se sont penchés sur la Franc-Maçonnerie mais l’histoire des murs à l’abri desquels se déroulent ses mystères ne les a pas particulièrement intéressés.

Or il se trouve que le cas toulonnais est singulier. De sa construction jusqu’à sa vente à la Banque de Paris et des Pays-Bas, une suite d’événements anecdotiques ou dramatiques ne peut qu’exciter la curiosité.

La longue marche des francs-maçonnes. France, Grande Bretagne, Etats-Unis (Cécile Révauger)

De longs et pénibles efforts ont été nécessaires pour que les femmes franchissent enfin la porte du temple.

La plupart des loges dans le monde sont encore réservées aux frères. C’est bien d’une longue marche qu’il s’agit. Les femmes ont eu des compagnons de route, les frères qui se sont engagés contre leur exclusion.

On trouvera dans ce livre quelques coups de projecteurs sur les grandes étapes de cette marche : les loges d’adoption françaises au siècle des Lumières et leur version américaine au siècle suivant, les débuts de la franc-maçonnerie mixte en France, en Grande Bretagne et aux États-Unis, les premières obédiences féminines en France et en Angleterre, l’évolution décisive du Grand Orient de France qui accueille désormais des soeurs.

En annexe figure la retranscription intégrale du rituel L’Amazo[nner] ie anglaise ou Ordre des Amazon[n]es.

De Condorcet à Decroly. La franc-maçonnerie belge, l’éducation et l’enseignement (XIXe-XXe) (Sylvain Wagnon)

Franc-maçonnerie et éducation : cette alliance peut apparaître comme une évidence et, pourtant, elle demeure encore un point aveugle de la recherche dans sa globalité.

Au carrefour de l’histoire des obédiences maçonniques, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire politique et sociale, cet ouvrage étudie à plusieurs échelons les relations entre la franc-maçonnerie et l’éducation : au niveau des individus, des acteurs que représentent les francs-maçons et les francs-maçonnes, mais aussi à celui de certaines loges et obédiences. Cette grille de lecture permet de comprendre les relations et les interférences qui ont pu exister durant le XIXe et le XXe siècle entre les prises de position de certains maçons belges et l’influence de leur environnement politique, social et économique.

Dans une optique socio-historique, en replaçant dans leur contexte les réflexions et les actions des francs-maçons belges, ce livre esquisse différentes facettes pour comprendre les dimensions et les limites d’une possible influence maçonnique sur les débats concernant l’éducation. À partir notamment des archives inédites du Grand Orient de Belgique, une réflexion d’ensemble est ainsi proposée sur différents moments forts des liens entre franc-maçonnerie et éducation : les questions de la protection de l’enfance, de la sécularisation et de la laïcisation de l’enseignement ou de l’éducation nouvelle.

Préface de Pierre-Yves Beaurepaire

Postface de Céline Bryon-Portet

Méditations autour du tableau de loge (Jacques Fontaine)

Et si la franc-maçonnerie était bien plus que ce que pensent les Frères et les Soeurs ?

Et si les planches aux thèmes sociaux n’étaient que l’écume des choses ?

Et si les réflexions sur les symboles, le rite et les mythes n’étaient que des corridors ?

Se pourrait-il donc qu’au-delà des tenues, on découvre de vastes espaces métaphysiques ? Peu apparents mais resplendissants, dès que l’esprit les saisit.

Imaginerait-on que sur la trame sociétale et symbolique, un ésotérisme puissant emplit l’espace de la pensée ?

Peut-on, si tout cela est avéré, plonger ou voler dans la spiritualité la plus épurée et néanmoins bien tangible ?

Questions de Maçons sur les Frontières (François Cavaignac)

Pour la troisième année consécutive les trois loges de Namur (La Pierre blanche), Vannes (Conscience de l’Armor) et Étampes (L’Atelier écossais) poursuivent leurs réflexions contemporaines communes.

L’actualité a quasiment imposé le thème des « Frontières » qui soulève des questions de toute nature, y compris maçonniques. Plus que jamais la devise : « Rassembler ce qui est épars » apparaît comme une voie de recherche, de culture et d’émancipation.

A la découverte des temples maçonniques de France (Ludovic Marcos)

Les temples maçonniques sont un des patrimoines les moins connus de notre pays. Pourtant, il y en a des centaines ! La rencontre de la recherche documentaire et de l’excellence photographique, de l’expérience et de la passion a permis, au prix de trois années de travail, de donner corps à cet ouvrage méthodique et historique solide, soigneusement illustré, qui fera date.

Photographies de Ronan LAËC

La fabrique de la franc-maçonnerie française : Histoire, sociabilité et rituels, 1725-1750

Le présent ouvrage, qui réunit parmi les meilleurs connaisseurs des débuts de l’histoire de la franc-maçonnerie en France, se donne pour objectif de faire connaître et d’analyser, autant que le permettent les sources, le processus qui voit une jeune sociabilité britannique, riche cependant d’une préhistoire de deux siècles au moins, se transporter sur le continent – pour le cas qui nous concerne, ici, en France – et s’y acclimater.

La structure maçonnique (la loge), ses mythes fondateurs et le rituel qui leur est attaché, résistent au voyage de France mais ils sont par la suite, et très tôt, relus et déclinés dans des voies nouvelles.

Arcanes et rituels de la franc-maçonnerie égyptienne (Serge Caillet)

Depuis plus de deux siècles, des francs-maçons ont été séduits par l’Égypte antique, parce que les mystères égyptiens sont l’un des véhicules de la tradition universelle.

Mais l’Égypte des initiés est aussi partiellement symbolique, elle ne saurait se confondre tout à fait avec celle des historiens et des géographes.

La Franc-Maçonnerie démasquée (Serge Abad-Gallardo)

Voilà de nombreuses années que je souhaite faire un livret sur le thème de la Franc-Maçonnerie. En effet, mes nombreuses missions d’évangélisation m’ont rapidement montré l’incompatibilité entre foi chrétienne et franc-maçonnerie, et qui plus est, la lutte terrible entre les deux réalités. Mais un combat caché derrière une réalité apparemment philanthropique et humaniste.

Il me fallait comprendre !

Un témoignage de l’intérieur

Une rencontre providentielle avec Serge Abad-Gallardo a permis la réalisation de cet ouvrage. Initié dans les hauts grades, il est resté 24 ans dans la Franc-Maçonnerie, il l’a quitté en raison de son retour à la foi catholique.

Le décodeur des expressions franc-maçonniques (Laurent Kupferman, Emmanuel Pierrat)

Découvrez le jargon franc-maçon grâce à ce décodeur complet, rédigé par Me Emmanuel Pierrat, le spécialiste de la franc-maçonnerie

Allumage des feux, attouchement, égrégore, orient éternel, voûte d’acier… Autant de termes que l’on retrouve aussi bien dans la langue courante que dans le jargon franc-maçon mais qui prennent un sens tout autre lorsqu’ils sont évoqués par les frères, au sein d’une obédience maçonnique.

Avec ce Petit Livre, vous aurez toutes les définitions et explications sur le jargon de la franc-maçonnerie entre vos mains afin de mieux connaître cet ordre secret et mystérieux.

La réalité maçonnique (Jean Verdun)

Apprenti. Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm (Gérard Baudou-Platon)

Le Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm est un rite d’une grande richesse, d’une opérativité étonnante et surtout d’une grande capacité à comprendre le monde dans toutes ses parties : par l’intérieur de l’homme (spéléologie des profondeurs humaines) : par la connaissance de Soi, par la culture de la curiosité, par l’envie de partage et la recherche de l’autre… tout cela, par la Voie de l’Initiation, très opportunément utilisée.

La Grande nouveauté est l’introduction du qualificatif Voie Orientale pour ce Rite dit Égyptien. Elle a pour ambition de rendre le chemin initiatique parcouru, dans cette voie, le plus universel possible, condition impérativement nécessaire à la construction de toute réelle fraternité et pour atteindre sa propre réalisation.

Ce livre fait du lecteur un vagabond errant à travers les mondes, un ethnologue attentif à la vie dans son essence, un prêtre à la recherche d’une rencontre, un chercheur de vérité qui ne veut point confondre « vessies » avec « lanternes », un « thérapeute » attentif à ses propres conditions de vie, un constructeur de pont entre les cultures et les visions existentielles, un conducteur intentionné et généreux chevauchant l’expérience personnelle et collective… enfin un être animé par la production d’un futur harmonique et parsemé de multiples inspirations créatrices…

Mais avant toute chose, l’Apprenti médite sur sa condition, avant d’entreprendre le magnifique voyage de la re-connaissance… des mondes manifestés (Compagnon).

Le Livre de l’Apprenti. Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm (Gérard Baudou-Platon)

Dans cet ouvrage sont abordées les caractéristiques de la Franc-Maçonnerie, en général, et de l’Ordre Initiatique Ancien et Primitif de Memphis Misraïm, en particulier… Ce livre est un manuel pour l’Apprenti et contient les rituels de ce grade ainsi que leurs explications.

Le Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm est un rite déiste, ce qui implique l’invocation du Grand Architecte de l’Univers mais il est, aussi, Symbolique, Philosophique et, le dit-on, de Haute-Philosophie. Il exige, pour le moins, la croyance en une certaine pérennité de l’âme. Robert Ambelain en fut désigné Grand Maître Mondial en 1965 ; en 1976, notre Frère Guy Renaudin rencontra le Frère Robert Ambelain et le rejoignit au sein de la Loge Hermès. Il en fut, par deux fois, Vénérable Maître en présence même du Frère Gérard Kloppel qui joua, lui-même, un rôle de premier plan.

En 1986, le Frère Guy présida le convent de la Grande Loge Française de Memphis Misraïm à la demande du Frère Gérard Kloppel, devenu Grand Maître Mondial (1985) et succédant, donc, au Frère Robert Ambelain. Le 8 novembre 1998, Guy Renaudin fut nommé Président du Souverain Sanctuaire de France, Grand Maître National Ad Vitam 97e degré et Très Puissant Grand Commandeur par le Frère Cheikna Sylla, devenu Grand Maître Mondial de l’Ordre International du Rite le 5 mai 1998, succédant, ainsi au Frère Gérard Kloppel.

À cette date les structures supportant le Rite explosèrent et implosèrent… En ce temps, le frère Guy Renaudin, toujours membre de la Grande Loge Française de Memphis Misraïm fut un artisan efficace pour la création de la Grande Loge Mixte de Memphis Misraïm puis décida de donner vie à l’OIAPMM (Ordre Initiatique Ancien et Primitif de Memphis Misraïm), dans une version à la fois traditionnelle et orientale.

Cet ouvrage illustre également l’histoire de l’Ordre et son rôle dans la grande famille de la Franc-Maçonnerie d’aujourd’hui.

Martines de Pasqually. Un énigmatique franc-maçon théurge du XVIIIe siècle, fondateur de l’Ordre des Elus Coëns (Michelle Nahon)

Cette biographie, revue et complétée dans une nouvelle édition, pose la question : qui est réellement Martinès de Pasqually ? Pour tenter d’y répondre, Michelle Nahon a depuis trente ans dépouillé des archives, consulté tous les livres et documents connus en toute objectivité pour nous donner les moyens de nous situer entre ceux qui en font un grand initié, un grand maître, sans toujours le justifier, et ceux comme Johel Coutura qui se demandent si c’est un « charlatan moitié sorcier, moitié médecin ».

C’est un homme qui a bâti un projet grandiose que les circonstances ont parfois servi, notamment à Bordeaux et à Paris, mais souvent desservi. C’est un homme énigmatique, au charisme certain, missionné ou se sentant investi d’une mission, c’est un homme qui a son éthique et sa morale – pas toujours celles de l’homme ordinaire – et qui ouvre à une forme de spiritualité le milieu maçonnique de cette deuxième moitié du XVIIe siècle.

Martinès de Pasqually est loin d’être oublié de nos jours, son enseignement est toujours dispensé, que ce soit de façon indirecte dans un rite maçonnique ou directe dans des mouvements spiritualistes dont certains pratiquent aussi la forme de théurgie qu’il a transmise.