Le Livre du Compagnon (Pierre Dangle)

Après Le Livre de l’Apprenti, Pierre Dangle aborde le deuxième degré de la Franc -Maçonnerie initiatique, celui du compagnon.

Grade mal connu, en vérité, parce qu’il a souvent été vidé de son contenu essentiel : l’Art du Trait. L’auteur nous propose de redécouvrir la tradition symbolique qui est à l’origine de l’expérience vécue du Compagnon et nous fait découvrir la science des Nombres et de la géométrie sacrée, chère à Pythagore et à Platon, héritiers de la sagesse égyptienne.

Grâce à plusieurs exemples, Pierre Dangle nous  fait entrevoir les mystères de l’Art du Trait, avant d’aborder les symboles majeurs du Compagnon, comme le Grand Architecte de l’Univers, l’étoile, la spirale, la corde d’arpentage et le triangle 3-4-5.

Les voyages du Compagnon et la recherche du chef-d’oeuvre nous associent à la dimension spirituelle de cette étape de l’initiation, dont la richesse mériterait d’être soulignée.

Promenades maçonniques. Chroniques (Jérôme Touzalin)

La franc-maçonnerie se reconnaît à son goût de soulever les questions et non à celui d’asséner des réponses.

Les courts textes présentés ici sont une incursion-promenade pour comprendre ce qui, nuitamment, conduit des femmes et des hommes à se retrouver dans les loges, et qui les amène à discourir sur notre mystérieux parcours terrestre.

Une lecture maçonnique du Portrait de Dorian Gray (Mathieu Métayer)

Adulé dès sa parution autant que décrié, Le Portrait de Dorian Gray inspire depuis plus d’un siècle commentateurs, artistes, cinéastes et dramaturges. Un trésor inestimable réside en ce texte ; tout lecteur l’éprouve. Chacun ainsi se voit contraint de s’interroger : « Qui donc est Dorian ? ».

Or Oscar Wilde ne fournit aucune réponse. Pour la déceler chacun doit plonger au coeur de sa caverne intérieure. Mais cette pépite cachée, de quel filon provient-elle ?

Ce roman n’est pas seulement une réflexion sur l’Art, ou l’homosexualité ; c’est essentiellement le fruit d’une médiation sur l’âme. Le texte fourmille d’emprunts aux cultures grecque, latine ou celte ; à des mythes majeurs comme Narcisse et Faust.

La tradition initiatique. Interprétation et compréhension (Gérard Jarlan)

Ce document a pour but de permettre aux jeunes initiés du 4e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté de réaliser l’importance de ce degré en vue d’acquérir les connaissances de base nécessaires pour entreprendre une bonne démarche initiatique au sein du Rite.

Dans cette optique, il est apparu utile de rappeler les origines de la franc-maçonnerie et de souligner l’intérêt de procéder à une approche herméneutique des voies suivies par le Rite. La notion de Tradition est mise en relief comme base des civilisations ainsi que celle revêtant un caractère initiatique spécifique à la franc-maçonnerie.

L’importance des notions de devoir, de justice et de vérité est soulignée et l’on a choisi, pour fixer les idées, de rappeler l’oeuvre de quelques personnages reconnus comme essentiels pour la progression de la réflexion qui doit prévaloir au 4e degré du Rite Écossais.

Cahiers de devoirs de vacances du franc-maçon. Maître (Philippe Benhamou)

S’il est vrai qu’être franc-maçon est un engagement de tout temps, celui-ci ne saurait que prendre des vacances studieuses. Des exercices, des questions, des mots croisés, des mots fléchés, des jeux portant sur la symbolique, les valeurs, l’histoire, les rites de la franc-maçonnerie permettant de réviser le grade auquel on appartient ou que l’on a dépassé et un peu oublié.

Se distraire en révisant tous les fondamentaux du grade de Maitre, c’est à un véritable programme que vous invitent ces cahiers de vacances, interobédientiels et multi-rites.

Cahiers de devoirs de vacances du franc-maçon. Compagnon (Philippe Benhamou)

S’il est vrai qu’être franc-maçon est un engagement de tout temps, celui-ci ne saurait que prendre des vacances studieuses. Des exercices, des questions, des mots croisés, des mots fléchés, des jeux portant sur la symbolique, les valeurs, l’histoire, les rites de la franc-maçonnerie permettant de réviser le grade auquel on appartient ou que l’on a dépassé et un peu oublié.

Se distraire en révisant tous les fondamentaux du grade de Compagnon, c’est à un véritable programme que vous invitent ces cahiers de vacances, interobédientiels et multi-rites.

Cahiers de devoirs de vacances du franc-maçon. Apprenti (Philippe Benhamou)

S’il est vrai qu’être franc-maçon est un engagement de tout temps, celui-ci ne saurait que prendre des vacances studieuses. Des exercices, des questions, des mots croisés, des mots fléchés, des jeux portant sur la symbolique, les valeurs, l’histoire, les rites de la franc-maçonnerie permettant de réviser le grade auquel on appartient ou que l’on a dépassé et un peu oublié.

Se distraire en révisant tous les fondamentaux du grade d’Apprenti, c’est à un véritable programme que vous invitent ces cahiers de vacances, inter obédientiels et multi-rites.

La méthode initiatique maçonnique (Claude Delbos)

La Franc-maçonnerie, pour promouvoir le progrès humain, compte sur l’influence de ses membres, eux-mêmes perfectionnés par un travail en loge, conduit selon une méthode particulière : la méthode initiatique maçonnique.

S’inspirant d’une mythique tradition immémoriale de l’art des géomètres constructeurs, elle en pérennise les valeurs par un enseignement initiatique, greffé au XVIIIe siècle sur la tradition de la confrérie des maçons francs, ou libres, à partir de ce qui était alors connu des initiations aux Mystères de l’Antiquité.

Elle pérennise ainsi la transmission d’une méthode de travail s’appuyant sur l’initiation, des rites, un symbolisme spécifique et un usage particulier de la parole.

Dans sa volonté d’améliorer l’être humain et les sociétés humaines, l’enseignement maçonnique doit pouvoir être reçu et compris par des adeptes de toutes cultures, avoir un caractère d’universalité.

Enfin, son ambition exige de la Franc-maçonnerie que ses méthodes de travail et son organisation assurent sa vitalité dans le monde tel qu’il évolue, sans renier ses traditions.

Vivre le symbolisme (Jacques Chaumelle)

Le symbolisme n’est pas seulement une théorie de la connaissance et un objet d’étude. A une époque où les approches logiques, scientifiques et technologiques semblent dominantes, il demeure un véritable catalyseur pour les penseurs, les créateurs et les artistes.

En fait, il peut devenir – ou redevenir – pour chacun d’entre nous, pourvu que nous gardions un esprit ouvert et curieux, un outil irremplaçable d’intelligence de l’univers. Alors, les allégories et les mythes, qui nous renvoient aux racines mêmes de notre pensée, de notre culture et de nos civilisations, nous livrent un enseignement infiniment précieux sur la manière dont nous pouvons être au monde, et ils nous permettent de développer de fécondes relations avec les êtres et les choses.

Cette pensée symbolique ne constitue pas seulement un changement de regard, elle s’incarne dans un art de vivre que chacun peut mettre à l’épreuve de sa propre existence. C’est ce dont témoignent de manière lumineuse les textes de Jacques Chaumelle rassemblés ici. Ils nous font voyager d’une époque à une autre – de l’antiquité grecque ou latine au monde médiéval – d’un courant de civilisation à un autre – du monde celtique au monde scandinave – d’un penseur à un autre – de Marc Aurèle à René Guénon –.

Ils sont le témoignage du cheminement maçonnique et philosophique, durant plus d’une trentaine d’années, d’un homme sincère, de sa soif de connaissance et de ses inlassables recherches. Plus largement, ils constituent une réflexion universelle sur ce que signifie « être un homme ».

Le RER et l’apprenti… de midi moins le quart à minuit et demi (Jean-Claude Montmey)

… Situer le RER, Rite Écossais Rectifié, dans le monde maçonnique aux propositions variées… Conduire le lecteur dans le monde particulier de la Franc-Maçonnerie chrétienne, son Institution, ses règles, son fonctionnement, mais aussi son mode de réflexion, ses devoirs, ses valeurs, son enseignement et ses propositions pour nous élever…

L’auteur a construit son ouvrage en plusieurs niveaux de lecture, en plusieurs étapes.

Il commence par un examen de l’historique et détaille les pratiques particulières de la première marche sur cette voie. Il montre que cette Maçonnerie est un support pour la découverte ou la redécouverte des valeurs chrétiennes et par là même de sa Foi, sans dogme, avec humanisme.

Puis, au fil de l’ouvrage, l’auteur expose et propose des réflexions empreintes d’ésotérisme chrétien montrant que ce premier grade peut présenter des opportunités de profondes méditations sur les relations entre l’Homme, Dieu et l’Univers.

Cet ouvrage s’adresse donc à tous ceux qui sont en recherche, ainsi qu’à ceux qui ont choisi de les accompagner dans cette démarche, et à ceux qui ont poursuivi leur quête sur ce long et profond chemin… c’est celui d’une vie, celui qui progresse vers de plus « grandes choses », qui fait devenir…

Trésors de la faïence maçonnique du XVIIIe siècle (Jean-Claude Momal)

Mais qu’y a-t-il donc sur ces faïences qui les rendent dignes d’intérêt au point d’en faire un livre et que musées et collectionneurs se les arrachent ? Le fameux secret maçonnique ? Exactement.

Sur chacune d’entre elles se trouve une figure représentant un grade maçonnique mystérieux que seuls connaissaient les initiés, ou une devise faisant allusion à l’initiation des pratiquants.

La devise, comme le reste, devait rester secrète : aussi était-elle tronquée, les derniers mots étant remplacés pas trois points disposés en triangle.

Préface de Roger Dachez

Marcel Sembat. Franc-maçonnerie, art et socialisme à la Belle Epoque (Denis Lefebvre)

Né en 1862, Marcel Sembat a marqué son époque : orateur étincelant dans les réunions socialistes et les assemblées maçonniques, polémiste redouté dans ses articles, il fut député de Paris de 1893 à son décès et ministre pendant la Première Guerre mondiale.

Cet intellectuel à la quête d’un savoir encyclopédique a refusé la quiétude de son cabinet et s’est lancé avec passion dans la vie de la Cité, tout en se passionnant pour la peinture, la culture, les sciences, la philosophie, la lecture, tenant pendant des décennies un journal intime, son jardin secret.

Il a aussi vécu dans l’amour avec son épouse, la peintre Georgette Agutte, qui s’est suicidée douze heures après sa mort, en septembre 1922.

Méditations d’un franc-maçon solitaire (Pierre Audureau)

Lumineux. Le qualificatif s’impose immédiatement. D’emblée, Pierre Audureau, en grand frère, tutoie le lecteur. Sa méthode est celle des « planches » (travaux de Loge), l’auteur, d’une grande culture, y compris scientifique, prépare d’abord le terrain que devra défricher le futur initié.

D’où ses méditations profondes sur les sociétés initiatiques qui ont précédé notre Ordre, ainsi que celles si fécondes sur le voyage, et le silence. Se déprendre de son ego pour se connaître soi-même et rencontrer l’Autre permet cette recherche de la sagesse qui est notre but.

Puis, il explique la fonction des symboles. Qu’ils soient maçonniques ou non, ils sont toujours les « paroles du monde ». Compris de cette façon, ils engagent la dynamique d’une pensée sûre. Cette rationalité n’exclut jamais l’émotion. Celle-ci surgit quand l’auteur rappelle son père, ouvrier, « les gens bien » disait-il, « sont d’équerre ».

L’écriture est limpide, le pédantisme exclu, le savoir encyclopédique. Impertinent quand il le faut, P. Audureau rappelle que la tentation de prendre le clinquant de certains « métaux » pour de l’or n’épargne personne, y compris les initiés… La démarche maçonnique, explique-t-il, peut embellir une vie au-delà des chocs, ruptures, voire tragédies traversés.

Mots croisés du Franc-Maçon. Culture générale (Michael Rapp)

La maçonnerie comporte tant de codes, de mots, de références, de rites, de symboles qui de plus, peuvent varier selon les rites, pays, obédiences ou loges… que Michael Rapp, en chercheur infatigable, a eu l’idée de composer des grilles de mots fléchés exclusivement dédiées à cet ensemble.

L’idée reste bien sûr d’approfondir ses connaissances, mais d’une manière ludique, qui diffère des traditionnels manuels maçonniques, des traités et des planches… Initiés ou non initiés, saurez-vous remplir ces grilles ?

Le Chevalier Rose-Croix. Les tableaux des Apartements (Percy John Harvey)

Les Tableaux de Loge des Hauts Grades figurent rarement dans le Temple maçonnique, au cours des travaux d’un Atelier.

Ainsi, les tableaux des divers grades sont assez mal connus, tant dans leur organisation symbolique que dans leurs significations. Il en est de même pour les tableaux des Appartements du Chevalier Rose-Croix qui sont pourtant d’une grande richesse symbolique et iconographique, ces tableaux étant destinés à expliciter visuellement le rituel du grade.

Dans cet ouvrage, nous étudions les tableaux des deux Appartements modernes, à partir des représentations des XVIIIe et XIXe  siècles, afin de retrouver les significations originelles des éléments symboliques qui les composent.

Franc-maçonnerie et nombres (Marie Delclos)

L’homme comptait avant d’entrer dans l’Histoire. Ces nombres devinrent des images, d’abord associées aux animaux, puis, plus tard, aux dieux et enfin aux hommes eux-mêmes. Lorsque l’écriture fit son apparition, on lia étroitement les noms aux nombres, par les syllabes, puis par les lettres additionnées. La signification des nombres faisait partie des secrets de l’initiation qui s’enseignaient dans les temples.

Les valeurs utilisées pour la construction du Temple de Salomon ne sont pas anodines. Sa longueur est de 60 coudées (le nombre du ciel), sa largeur est de 20 coudées (le nombre du soleil), et sa hauteur est de 30 coudées (le nombre de la lune), pour un volume total de 36 000 coudées cubes (le nombre 36 symbolisant la totalité de l’univers).

Au sein de l’ordre mathématique créé par le Grand Architecte de l’Univers, la Franc-maçonnerie, gardienne des traditions, s’intéresse aux nombres. La structure des rites organisés témoigne de leur importance. Ainsi, sur la base des trois degrés (apprenti, compagnon, maître), le Rite de Perfection ajoute 22 degrés (référence aux 22 lettres de l’alphabet hébraïque).

Les 8 supplémentaires incorporés par le REAA portent le tout à 33 degrés (le nombre 33, allusion au cycle solaire, apporte une dimension cosmique à la composition). Au cours de son initiation et pour chaque degré, des nombres sont indiqués au maçon, par les batteries, par son âge symbolique, par ses pas, ou encore par les mots qui lui seront donnés et les symboles présents dans la loge.

Dans cet ouvrage, l’auteur offre aux intéressés une étude exhaustive du symbolisme des nombres relatifs aux différents degrés de la Franc-maçonnerie, en s’appuyant sur la cosmogonie, la géométrie, l’astronomie, l’alchimie et la kabbale.

Les débuts de la franc-maçonnerie en Bretagne (François Labbé)

La Bretagne ne fait pas exception. Comme dans les autres provinces, la franc-maçonnerie y connaît un grand succès dès les années 1740 et la bonne société en particulier tient à prendre place sur les colonnes des loges. Malgré quelques timides essais pour donner à la fraternité une spécificité “nationale”, la franc-maçonnerie bretonne sera peu différente de ce qu’elle est ailleurs.

Dans ce livre, François Labbé cherche à montrer ce qu’ont été les premiers temps de l’Ordre des francs-maçons en Bretagne: l’implantation, l’essaimage, les attentes, les luttes d’influence. Il évoque aussi les sociétés paramaçonniques qui en sont plus ou moins directement issues.

Progression initiatique à travers les 33 degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté (R.-C. Huqlosa)

Cet ouvrage expose de façon synoptique mais exhaustive le Rite Écossais Ancien et Accepté en rassemblant des informations, souvent éparses. Il permet une consultation rapide des spécificités d’un degré donné. Il ne révèle rien qui ne doive l’être.

Cependant quelques considérations personnelles sont présentées ainsi que des planches hors texte réalisées spécialement à cette intention. Elles ont pour unique but de toujours susciter la réflexion sans jamais vouloir donner une vérité. Il n’est pas besoin d’expliquer à ceux qui savent. Il n’est pas besoin d’infléchir ceux qui cherchent.

Ce manuel contient : quelques thèmes de réflexion se rapportant au Rite Écossais Ancien et Accepté ; la présentation synoptique des trente-trois degrés ; de multiples photos et dessins originaux ; un ensemble de planches hors texte.

L’évocation de chaque degré rappelle :

  • le titre du grade ;
  • la légende du grade (légende qui n’apparaît qu’à partir du troisième degré) ;
  • les mots, âges et heures d’ouverture et de fermeture des travaux ;
  • les décors du grade ;
  • la disposition du Temple ;
  • l’éthique du grade ;
  • une série d’objets spécifiques approchés en tant que symboles et éléments de réflexion ;
  • quelques premiers sujets de méditation.

Ces informations soulignent l’extrême richesse du Rite Écossais Ancien et Accepté au niveau :

  • des symboles et des légendes ;
  • des thèmes de réflexion ;
  • de l’éthique des grades ;
  • des objets et des symboles ;
  • des sons frappés ou musicaux, des lumières, des couleurs, des nourritures, des parfums : tout ce qui interpelle les cinq sens.

Le Chemin Initiatique reste le Chemin de la Découverte et de la Liberté de Pensée et d’Action.

De la Régularité Maçonnique (direction Alain Bauer)

Le Grand Orient de France (GODF) est la plus ancienne obédience d’Europe continentale et, si l’on s’en tenait aux dates, d’Europe tout court…

Les rites en usage au GODF ont de belles lettres de noblesse : le Rite Français, plus ancien rite en activité, est parfaitement conforme aux usages maçonniques les plus anciens et le RER et le REAA sont partie intégrante de notre patrimoine depuis leur naissance.

La Maçonnerie du GODF est fidèle à une philosophie fraternelle, initiatique et humaniste qu’elle a su transmettre et enrichir tout au long de son histoire, selon les contextes et les nécessités. Ce qui en fait une école de l’homme œuvrant tant pour son enrichissement personnel que dans son existence sociale.

De ce fait, au vu de ses prises de position et du rayonnement de ses membres depuis deux siècles et demi, sa régularité historique, maçonnique, est aussi morale. Enfin, si la régularité devait procéder de la représentativité, rappelons que le GODF est l’obédience la plus importante d’Europe continentale. Cette régularité conjugue donc légitimité historique, respect d’une démarche philosophique et méthode de travail.

Nous devons faire de cette régularité maçonnique, qui est à la fois une fidélité et une attitude d’éveil, une continuité vivante.

(2e édition revue et corrigée)

Entre Caverne et Lumiere. Essai sur l’imaginaire en loge de francs-maçons (Georges Bertin)

Entre caverne et lumière…Georges Bertin nous plonge d’abord dans les profondeurs chtoniennes de la caverne, où tout prend fin et où tout commence, lieu tour à tour protecteur et destructeur (ou plutôt déconstructeur), véritable descente dans des enfers salvifiques.

Puis, il nous embarque sur un vaisseau, à la découverte des loges bleues, et filant cette métaphore colorée nous nous promenons de rite en rite comme d’autres voguent sur les flots. La seconde partie du livre nous entraîne progressivement par-delà les murs du temple maçonnique mais aussi par-delà les frontières disciplinaires que le monde académique se plaît à ériger, comme si le savoir pouvait être compartimenté.

De l’expérience mystique à la quête du sacré, de la quête du sacré à l’engagement dans le monde profane, parfaitement représenté par la figure chevaleresque dont il est un spécialiste reconnu, Georges Bertin balaie toutes les facettes du cheminement initiatique et les messages qu’il transmet sont intemporels et universels. Sans doute est-ce d’ailleurs parce qu’il est inactuel que son livre est aussi actuel.

Céline Bryon-Portet (Préface)

Postface de Michel Maffesoli